LA LISTE DE LA POPULATION DE LA RUSSIE

Le registre des baptêmes, mariages et décès représente l'ensemble des enregistrements de naissance chronologiques, le mariage et la mort dans les formes requises. C'est le registre des actes de l'état civil.
Selon le principe de la documentation et la conservation se divisent sur paroissial et consistorial. Dans les fonds des consistoires spirituels se trouvent : périodique pogodovye les relevés ("extraits") des registres des baptêmes, mariages et décès paroissiaux, la copie de certains registres des baptêmes, mariages et décès paroissiaux. L'exemplaire consistorial insérant les cahiers métriques de la naissance, le mariage, la mort en un an selon toutes les arrivées d'un district ou la ville, atteignait 1000-1200 feuilles. L'exemplaire paroissial avait une autre structure. Il insérait les inscriptions des naissances, les mariages et les morts seulement une arrivée en quelques années, en fonction du nombre de l'arrivée. Jusqu'à 1840-50 le registre des baptêmes, mariages et décès paroissial insérait tous les aspects de l'enregistrement, et plus tard chaque aspect de l'enregistrement était conduit dans le livre séparé. Le volume du registre des baptêmes, mariages et décès paroissial était le plus souvent près de 200-250 feuilles. La force complète juridique était par les documents donné à la base de l'exemplaire consistorial. Les inscriptions aux registres des baptêmes, mariages et décès étaient produites à la fois après l'accomplissement de l'acte, et les inscriptions sur le mariage étaient vérifiées avec obysknymi par les livres. Pour les Juifs il y avait un contrôle mensuel et annuel des conseils d'administration spirituels et annuel - les conseils municipaux vérifiant les inscriptions métriques. De la fin de XIX s. le devoir conduire les registres des baptêmes, mariages et décès sur les militaires selon les régiments étaient confiés aux prêtres militaires.
En vertu des inscriptions dans les registres des baptêmes, mariages et décès se présentaient les actes de naissance (vypisi). D'après la loi les registres des baptêmes, mariages et décès étaient considérés par la preuve judiciaire : selon eux étaient vérifiés l'acte de naissance à la contestation de l'authenticité du dernier.
En l'absence des registres des baptêmes, mariages et décès ou à l'incertitude de leurs inscriptions à la preuve de la naissance étaient acceptés ispovednye les peintures, les livres généalogiques municipaux bornés, formoulyarnye les listes et revizskie les contes de fée (ainsi que vypisi des églises, où le né est baptisé), en supplément ils se confirmaient par les déclarations des témoins, l'ancien au baptême.
En l'absence des registres des baptêmes, mariages et décès en témoignage de l'union nuptiale dans ce cas étaient acceptés obysknye les livres, ispovednye les peintures et tels documents, comme : les certificats des institutions d'état, les passeports, les décisions judiciaires, i.e. les documents prouvant que les personnes données étaient appelés les époux. Dans les cas à part on passait les conséquences du pouvoir spirituel, qui interrogeait le clergé, couronnant le mariage, les anciens au mariage des témoins et, en général, les personnes connaissant l'authenticité du mariage.
En l'absence des registres des baptêmes, mariages et décès, le fait de la mort était prouvé aussi par les documents médicaux et les déclarations testimoniales.
Les archives régionales : les fonds des consistoires spirituels, les conseils d'administration spirituels, les gestions diocésaines, les églises paroissiales.
La conduite universelle des registres des baptêmes, mariages et décès était établie pour la clergé orthodoxe à 1722, mais la conduite bonne des actes de naissance s'est implantée non bientôt, comme c'est visible d'un grand nombre des décrets du Synode confirmant la nécessité de la conduite juste des registres des baptêmes, mariages et décès et les observations pendant cela. Tels décrets étaient publiés à 1779, 1802, 1812, 1824 etc.
Dans 1838 Synode était établi pour que le clergé témoigne chaque mois et signait les livres, en désignant, il est combien de dans le mois écoulé est mort, est né et contractait un mariage, et pour que les parents, vospriemniki et les témoins par la signature consolident la fidélité de l'inscription. Le même décret 1838 établissait une nouvelle forme des actes de naissance. Les nouveaux décrets du Synode avec l'appel de l'attention à la panne de la conduite des registres des baptêmes, mariages et décès, se rencontrent à 1838, 1886, 1889, 1890, 1903. Dans le décret 1903 on fait l'attention à une grande quantité entrant "à la permission du Consistoire et un St Synode des affaires sur les corrections à metritchesikkh les livres des inscriptions incorrectes et sur le dépôt à ces livres des actes manqués sur les naissances, les mariages et la mort".
Les formulaires non remplis recueillis aux cahiers métriques, se présentaient aux prêtres paroissiaux des consistoires ou les conseils d'administration spirituels. La justesse du remplissage des actes de naissance était contrôlée décent, contrôlant la documentation en cours des églises dépendantes chaque six mois. Pour éviter les faux, les erreurs, les négligences la responsabilité de chaque inscription était confiée sur tout le clergé d'église.
Les registres des baptêmes, mariages et décès étaient conduits à deux exemplaires : un se dirigeait sur la conservation aux archives du consistoire (l'institution avec les fonctions tserkovno-administratives et judiciaires, qui se soumettait à l'évêque diocésain), deuxième - restait à l'église.
L'exemplaire consistorial insérant les cahiers métriques de la naissance, le mariage, la mort en un an selon toutes les arrivées d'un district ou la ville, atteignait 1000-1200 feuilles. L'exemplaire paroissial avait une autre structure. Il insérait les inscriptions des naissances, les mariages et les morts seulement une arrivée en quelques années, en fonction du nombre de l'arrivée. Jusqu'à 1840-50 le registre des baptêmes, mariages et décès paroissial insérait tous les aspects de l'enregistrement, et plus tard chaque aspect de l'enregistrement était conduit dans le livre séparé. Le volume du registre des baptêmes, mariages et décès paroissial était le plus souvent près de 200-250 feuilles. La force complète juridique était par les documents donné à la base de l'exemplaire consistorial. Les inscriptions aux registres des baptêmes, mariages et décès étaient produites à la fois après l'accomplissement de l'acte, et les inscriptions sur le mariage étaient vérifiées avec obysknymi par les livres.
Les participants du sacrement (les parents et vospriemniki au baptême, le fiancé ou les répondants au mariage religieux) pouvaient prendre connaissance de l'inscription apportée à l'acte de naissance et confirmer sa fidélité de la colonne correspondante.
L'enregistrement dans les registres des baptêmes, mariages et décès était conduit par les prêtres des mots, c'est pourquoi dans les inscriptions trouvait la réflexion la grande quantité de noms de vie (du langage populaire) des places peuplées (et, probablement, et leurs parties).
Les registres des baptêmes, mariages et décès présentent l'enregistrement des rites d'église, et non le fait de la naissance, le mariage ou la mort. Ne reçoivent pas le baptême mort-né, ainsi que les morts bientôt après la naissance, ils peuvent ne pas se trouver dans les actes de naissance sur les nés. D'autre part aux actes de naissance chrétiens excepté les nés apportent les cas du baptême des adultes. Dans les registres des baptêmes, mariages et décès sur les morts chez les orthodoxes peuvent ne pas se trouver aussi les bébés qui sont morts jusqu'au baptême sur qui on ne fait pas le rite de l'enterrement, ainsi que les suicidés. Selon le département militaire-spirituel était interdit d'apporter directement mort-né aux actes de naissance. Dans les provinces ou les diocèses, où la population était beaucoup dispersée les arrivées sont extraordinairement étendus, comme par exemple en Sibérie, mourant assez souvent vynoujdenno se cachaient sans participation de la clergé et ne se trouvaient pas, en conséquence, dans les registres des baptêmes, mariages et décès.


Publicite sur le site